My page - topic 1, topic 2, topic 3

Donald Trump raciste ? Ces accusations d’un livre choc qui tombent mal

A quelques jours de l’élection présidentielle américaine, Donald Trump doit essuyer de violentes accusations. Dans un nouveau livre, une ex-collaboratrice le décrit comme un homme raciste, sexiste et antisémite.

C’est un livre qui s’annonce explosif. A quelques semaines de l’élection présidentielle américaine, Donald Trump ne devait pas s’attendre à ça. Et pourtant, dans son ouvrage publié le 20 octobre prochain, une ex-collaboratrice ne le rate pas. Comme son ex-avocat Michael Cohen, son ancien proche John Bolton, sa nièce Mary Trump et le journaliste Bob Woodward, l’une de ses ex-employées a voulu écrire un livre pour que l’époux de Melania Trump ne soit pas réélu à la tête du pays. Dans Tower of Lies, Barbara Res a décidé de raconter les dix-huit années qu’elle a passées au côté du président des Etats-Unis. Dans son livre, celle qui a été une cadre de sa société immobilière le décrit comme un homme au comportement raciste, antisémite et sexiste. Elle raconte aussi sa capacité à mentir « si naturellement », comme le dévoile le Los Angeles Times« Il était capable de contrôler les autres, par le mensonge et l’exagération, avec des promesses d’argent ou d’emplois, par des menaces de poursuites judiciaires ou de dénonciation », écrit Barbara Res, qui affirme que Donald Trump n’a pas changé de comportement depuis qu’il s’est installé à la Maison Blanche.

« Il s’agit d’une ancienne employée mécontente qui a emballé un tas de mensonges dans un livre pour gagner de l’argent », a réagi Tim Murtaugh, directeur de la communication pour la campagne de Donald Trump. Dans son ouvrage, Barbara écrit que « le sectarisme et les préjugés contrôlent la vision du monde de Donald, même les stéréotypes soi-disant positifs, qui sont tout aussi dommageables, comme dire que les Japonais (qu’il semble mépriser) sont plus intelligents que les Américains ». Elle s’est également souvenue que le président l’avait réprimandée lorsqu’il avait repéré un travailleur noir sur un chantier de construction. « Faites-le descendre maintenant, lui aurait-il lancé, et ne laissez plus jamais cela se reproduire. Je ne veux pas que les gens pensent que la Trump Tower est construite par des Noirs. » Même réaction lorsqu’elle a invité un petit garçon dans le hall de sa tour. « Barbara, je ne veux pas d’enfants noirs assis dans le hall où les gens viennent acheter des appartements à un million de dollars », se serait-il emporté.

Les violences accusations de son ex-employée

Barbara Res raconte également que Donald Trump avait embauché un directeur d’origine allemand, estimant que son héritage le rendait « particulièrement propre et ordonné », puis a lancé une blague antisémite : « Ce type se souvient encore des fours, alors vous feriez mieux de le surveiller ». Selon elle, le président des Etats-Unis l’aurait obligée à licencier une femme enceinte et à interdire l’accès aux réunions à celles qu’il ne trouvait pas « assez jolies »« Son estime pour lui-même a augmenté de façon exponentielle, tout comme son mépris pour les femmes », résume-t-elle dans son livre. Des années après avoir quitté l’entreprise du milliardaire, Barbara Res s’oppose publiquement à son ancien patron : « Il est facile de regarder la trajectoire de sa vie entière et de repérer un modèle indubitable : plus son nom est devenu grand, plus il est devenu petit en tant que personne ».

Leave a Reply

Catégories

Instagram did not return a 200.
%d bloggers like this: