My page - topic 1, topic 2, topic 3
décembre 2, 2020

Pr Didier RAOULT during the visit of the Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection, in Marseille, France on Mars 2, 2020. Photo by Julien Poupart/ABACAPRESS.COM

Didier Raoult, un “tyran” ? Les témoignages accablants d’anciens collaborateurs

Dans son édition du jeudi 29 octobre 2020, le magazine Paris Match consacre une enquête au professeur Didier Raoult. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les révélations de ses anciens collaborateurs sont fracassantes.

Il est l’un des visages marquants de la crise sanitaire. Depuis que le coronavirus a fait son apparition en Europe, Didier Raoult fait couler beaucoup d’encre. Adulé par certains, détestés par d’autres, le spécialiste des maladies infectieuses a été le premier à défendre l’utilisation de l’hydroxychloroquine pour soigner les malades de la Covid-19. Une molécule que l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) lui a interdit d’administrer à ses patients, faute de résultats probants. Récemment, le microbiologiste s’est attiré les foudres de ses confrères en qualifiant la deuxième vague de l’épidémie de “fantasme“. Et les critiques ne s’arrêtent pas là.

“Des cris et des insultes”, “une ambiance toxique”

Dans son dernier numéro, paru jeudi 29 octobre 2020, Paris Match consacre une enquête à Didier Raoult. Qualifié de “tyran“, le professeur aurait fait vivre un enfer à plusieurs de ses anciens collaborateurs. En 2017, la doctorante Ziena Elsawi, avait fait part de sa “souffrance” dans une lettre adressée à Frédérique Vidal, ministre de la Recherche. La jeune femme y dénonçait la suspension “inexpliquée” de sa thèse, ainsi que “les cris et les insultes” de l’infectiologue. Président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier affirme que Didier Raoult aurait “un mépris complet pour ceux qui ne travaillent pas, quitte à les humilier. “Quand vous êtes chez Raoult, vous savez que c’est 24 heures sur 24“, lâche l’homme politique. À en croire les déclarations d’un ancien salarié de l’Assistance publique – Hôpitaux de Marseille, une “ambiance toxique” régnerait au sein des services du microbiologiste. “Des étudiants sortent en pleurant de son bureau, d’autres falsifient leurs résultats pour avoir ses bonnes grâces“, apprend-on. Des révélations qui ne devraient pas du tout plaire au principal intéressé.

Leave a Reply

Catégories

Instagram did not return a 200.
%d bloggers like this: